Loading...
Salon de la Moto Pecquencourt2018-05-21T10:54:26+00:00

« Les meilleurs pilotes au monde viennent à Pecquencourt »

Malgré la pluie, la foule est au rendez-vous de la 39e édition du Salon de la Moto de Pecquencourt. Yves Perat, vice-président du Moto Club qui organise l’événement, a pris quelques minutes pour nous parler de ce salon, l’un des plus grands consacrés à la moto en France.

Yves Perat.

Pouvez-vous nous raconter l’histoire du salon ?
Tout a commencé en 1979. Un groupe de copains de Pecquencourt a créé un club de tarot et de belote pour passer le temps. Puis, ils ont fait une exposition de motos dans la salle des fêtes à côté de la mairie. Il y avait quelques exposants pour cette première et j’en faisais partie. En 1982, j’ai intégré le club. A partir du milieu des années 1980, le festival grandissant, nous l’avons installé sur le site actuel, le long de la voie rapide.

Comment a évolué le salon ?
Au départ, il n’y avait qu’une exposition de motos. Ensuite, édition après édition, le festival s’est agrandi avec aussi une exposition de dragsters. Puis, il y a eu des shows de cascadeurs motos ou dragsters, notamment Dany Dieudonné, Richard Almet ou Bob Feeler. D’ailleurs, à l’époque, on organisait les démonstrations sur un bout de la rocade qui était bloquée spécialement. Progressivement, chaque année, on a investit de plus en plus le site. Nous avons comblé les marécages pour agrandir la surface du salon et installer des chapiteaux, et nous avons fini par construire une piste de 800 mètres, en parallèle de l’autoroute, qui appartient au club. C’est sur cette piste qu’a lieu le stunt, les cascades, les roues arrières, le burn, etc. Progressivement, le salon est devenu un rendez-vous incontournable pour les fans de motos, un mois après l’Enduro du Touquet.

D’où viennent les exposants et les spectateurs ?
Du point de vue des exposants, de l’Europe entière, d’Allemagne, de Suisse, du Portugal. Pour les spectateurs, principalement de l’Europe du Nord, de la Belgique, des Pays-Bas et d’Allemagne. Il y a aussi pas mal d’Anglais. Et bien sûr, beaucoup de spectateurs de la région. En tout, il y a deux cents exposants et le salon attire chaque année entre 45000 et 60000 spectateurs.

Qu’est-ce qui intéressent le plus les spectateurs sur ce salon ?
C’est un tout. Ils viennent voir les cascades, les pilotes. Il y a toujours eu des pilotes connus sur le salon. Certains avaient couru le Paris-Dakar. D’autres avaient participé à l’Enduro du Touquet. Les spectateurs viennent aussi pour les expositions de motos. Cette année, dans un hall, il y a soixante-dix motos de courses. Des motos de compétitions qu’on voit uniquement pendant les courses, donc de très loin. Mais là, on peut les voir de près ! Bien sûr, les spectateurs viennent également pour le FMX, le Freestyle Motocross. On cale le salon juste après les X Games de Mexico, comme ça tous les meilleurs pilotes au monde viennent à Pecquencourt. Ça coûte très cher de les faire venir ! Cette année, nous avons même le Champion du monde de FMX, le Français Tom Pagès qui est d’ailleurs licencié du moto-club de Pecquencourt.

Que prévoyez-vous pour la 40e édition du salon qui aura lieu l’année prochaine ?
Je ne sais pas encore… Mais nous ferons quelque chose d’intéressant, c’est sûr. Nous ferons peut-être venir un pilote de renom comme Valentino Rossi ou Casey Stoner. On n’a pas encore réfléchi. On verra bien !

Interview réalisée par Xam de l’UEMO de Douai

Retour Accueil